Archives de catégorie : Bien-être

5 choses à savoir sur la liberté, nos libertés.

La dame de la liberté
Source image : site Flickr.com- Lawrence OP

Nos libertés :

→ Peuvent s’exprimer…

 

Car elles font l’objet de reconnaissance dans les différentes Conventions internationales, dans le droit interne.

C’est le cas notamment :

Article 1er de la Convention de sauvegarde des Droits de l’Homme et des libertés fondamentales du 4 novembre 1950, communément dite Convention Européenne des Droits de l’Homme, ci-après CEDH : « Les Hautes parties contractantes reconnaissent à toute personne relevant de leur juridiction les droits et libertés définis… »

– la liberté de pensée, d’opinion, d’expression et de religion :

Article 9 de la  CEDH relatif à la liberté de pensée, de conscience et de religion : « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion »


Article 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen 1789, ci-après DDHC : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme ; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement … »

– de la laïcité :

Les deux valeurs fondatrices de cette dernière: la liberté et l’égalité. C’est parce que nous sommes libres et égaux que la loi du 9 décembre 1905 sur la laïcité a pour conséquence la neutralité de l’État envers la religion. Neutralité qui permet à chaque religion de s’exprimer.

Article 5 CEDH : « Toute personne a droit à la liberté et à la sûreté. Nul ne peut être privé de sa liberté, sauf dans les cas suivants et selon les voies légales... »

sous certaines conditions…

 

Car elles sont relatives :

 Elles nécessitent une conciliation

 

Par rapport aux autres :

Article 4 de la DDHC 1789 « La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui… ».

Par rapport aux normes régissant la société et permettant de « faire société » :

C’est le cas de l’Ordre public. La CEDH article 9 : « La liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut faire l’objet d’autres restrictions que celles qui, prévues par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité publique, à la protection de l’ordre, de la santé ou à la protection des droits et libertés d’autrui.” 

Article 10 de la DDHC 1789 « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre établi par la loi. »

Par rapport aux différentes libertés :

La liberté d’expression (liberté d’opinion, liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées) :

Article 10 alinéa 2 CEDH :  « ...L’exercice de ces libertés comportant des devoirs et des responsabilités peut être soumis à certaines formalités, conditions, restrictions ou sanctions prévues par la loi, qui constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique à la sécurité nationale, à l’intégrité territoriale ou à la sûreté publique, à la défense de l’ordre… ».

Article 11 de la DDHC « ...tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi. »

La liberté religieuse :

Loi n°2004-228 du 15 mars 2004 encadrant le port des signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics. Loi n°2010-1192 du 11 octobre 2010 interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public.

Vivre libre ou mourir
Source image : site Flickr.com- Denis Bocquet

 Et font l’objet de protection

– Les moyens de protection hors juridiction :

 

Le citoyen :

La désobéissance civile, le droit de pétition, le référendum, le vote…

L’Administration (gouvernement)au quotidien :

Par l’édition de lois et d’arrêtés. Par la protection de l’Ordre public au moyen de la police et de mesures de sécurité…

Les associations :

Lutte contre les atteintes aux libertés, par des actions (le testing par exemple) et par la représentation pour certaines d’entre-elles en justice lors des atteintes aux libertés qu’elles défendent.

Les autorités indépendantes :

Le défenseur des droits (autorité constitutionnelle indépendante) : article 71-1 de la Constitution « Le défenseur des droits veille au respect des droits et libertés par les administrations de l’État, les collectivités territoriales, des établissements publics, ainsi que par tout organisme investi d’une mission de service public, ou à l’égard duquel la loi organique lui attribue des compétences. ». La saisine est directe.

Le contrôleur général des lieux de privation de liberté (loi n°2007-1545 du 30 octobre 2007), est chargé : «  de contrôler les conditions de prise en charge et de transfèrement des personnes privées de liberté, afin de s’assurer du respect de leurs droits fondamentaux. Il exerce, aux mêmes fins, le contrôle de l’exécution par l’administration des mesures d’éloignement prononcées à l’encontre d’étrangers jusqu’à leur remise aux autorités de l’État de destination. ».
Il contrôle ainsi, les établissements pénitentiaires, les établissements hospitaliers dans le cadre notamment de l’hospitalisation sans consentement, les établissements placés sous autorité conjointe du ministère de la santé et du ministère de la justice à l’exemple du Centre socio-médico-judiciaire, les locaux de garde à vue (le procureur de la République , les députés et sénateurs disposent également d’un droit de visite) et les locaux de rétention douanière.

– Les moyens de protection dans le cadre de la justice, autorité judiciaire et institution

 

Au niveau international :

Cela passe par la protection des droits de l’Homme, on peut citer :

la Cour européenne des droits de l’homme par exemple dont la saisine peut se faire par requête individuelle ou interétatique. Celle-ci ne peut avoir lieu qu’après avoir épuisé les voies de recours internes . Les arrêts de la Cour sont obligatoires pour les États qui ont été condamnés.

La Cour pénale internationale : Mise en place par le Statut de Rome de 1998, entré en vigueur en juillet 2002. Elle est chargée de juger les personnes accusées de génocide, de crime contre l’humanité, de crime d’agression, de crime de guerre. Cependant, elle ne peut exercer sa compétence qu’en cas de défaut de volonté ou d’incompétence des juridictions nationales pour juger de tels crimes.

Au niveau interne :

L’autorité judiciaire :

Gardienne de la liberté individuelle selon l’article 66 de la Constitution. La loi constitutionnelle du 3 juin 1958 admet une conception plurielle des libertés : l’autorité judiciaire assure le respect des libertés essentielles.

Le Conseil d’État :

A travers notamment le recours pour excès de pouvoir, le référé suspension (article L 521-1 du Code de justice administrative) et le référé liberté  (article L 521-2 du Code de justice administrative).

Le Conseil constitutionnel :

Par le contrôle de constitutionnalité des lois (article 61 de la Constitution) et la question prioritaire de constitutionnalité (article 61-1 de la Constitution).

Les politiques :

Grâce à la politique, l’art de gouverner la cité, à des actions et des engagements.

Mais la liberté…

→ …est un combat :

 

dans l’histoire : la Déclaration d’indépendance des États-Unis d’Amérique de 1776, la Révolution française de 1789, l’esclavage, la lutte pour les droits politiques et civiques (le droit de vote des femmes, le combat de Nelson Mandela contre l’apartheid , États-Unis dans les années 60 avec le black panther party…).

au quotidien : la liberté n’est jamais définitivement acquise, elle doit être conservée, protégée et même propagée (mais attention aux dérives!).

→…est confrontée aux limites de l’individualisme :

 

Article 4 de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1789 : « La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits… »

La liberté ne signifie pas égalité, mais l’égalité permet de la modérer. C’est parce que nous sommes égaux que nous sommes des hommes libres. Toutefois, l’égalité est affaire de culture.

Risque d’anarchie : l’anarchie est l’espérance d’une société sans gouvernement, sans domination, où les individus collaborent et coopèrent librement pour créer un ordre plus juste et un développement harmonieux. Le problème réside dans la contestation de l’État et l’absence de reconnaissance des droits de l’homme. Moyen d’action : la violence.

Risque de totalitarisme : Alexis de Tocqueville “De la Démocratie en Amérique” : retrait de chacun dans sa sphère privée. Ce qui laisse la place à toutes sortes de dérives.

Le libéralisme : rien est au dessus de l’individu et de sa liberté. Problème du libéralisme économique et notamment quant à la transmission des richesses. Peut-on être libre si on ne dispose pas de moyens suffisants?

Rendez-vous sur Hellocoton !

C’est quoi la valeur des choses… De l’Homme?

L'homme dans son universalité
Source image : site Flickr.com- Yann Caradec, oeuvre de l’artiste contemporain JR au Panthéon

C’est quoi la valeur?

Etymologiquement la valeur est une force morale et une source de santé.Il se dégage de la valeur une idée de force, de maîtrise de soi et d’empire sur les autres.

C’est quoi la valeur des choses?

C’est quoi la valeur de l’Homme quand les choses, et les intérêts ont une valeur suprême?

La “société de consommation” semble avoir donné une valeur aux choses, aux biens qui surpasse celle de l’Homme.

Les vêtements par exemple, au-delà du confort et du respect des autres ont désormais  pour certaines personnes “la valeur de l’Homme”. Notre valeur dépend des vêtements que l’on porte. Les vêtements font de nous ce que nous sommes.Or, bien que les vêtements ne font pas l’Homme, les biens ont colonisé le monde rendant l’Homme esclave.

Les amitiés se font et défont par intérêts, par possessions.

Les amitiés se font en fonction du nombre d’abonnés sur les réseaux sociaux notamment de Twitter ou Facebook. Les amitiés se font en fonction du poste ou de l’emploi qu’on occupe. Les amitiés se font en fonction du physique, du compte en banque…Bref des biens matériels.

Les amitiés se défont quand le physique se détériore.Les amitiés se défont quand le compte en banque se vide. Les amitiés se défont quand les biens matériels s’évaporent ou s’amenuisent comme peau de chagrin . Ne dit-on pas que c’est dans la pauvreté que l’on voit ses vrai(e)s ami(e)s

Les intérêts, les choses ont de toute évidence une valeur mais je me pose toujours la question c’est quoi la valeur de l’Homme?

C’est quoi la valeur de l’Homme ?

Quand ce dernier ne se maîtrise pas soi-même, source de vraie valeur.

Quand la famine et la pauvreté sont des composantes du monde et ne permettent pas la maîtrise de soi et la maîtrise de l’avenir.

Quand richesse et pouvoir dominent le monde et que ces derniers font et défont le monde ainsi que les hommes.

Quand la performance détermine la valeur de l’Homme et conduit certains à “La fatigue d’être soi” selon Alain Ehrenberg.

Quand il existe des armes nucléaires, chimiques…Bref toutes les armes de guerre qui peuvent faire disparaître des milliers, des millions  de personnes voire aboutir à  l’extinction de l’espèce humaine.

Quand la notion de paix semble être inconnue car l’Homme ne sait pas penser celle-ci. La paix manquerait d’efficacité à ses yeux.

La valeur de l’Homme repose pourtant sur l’Homme lui-même.

Qui pourrait penser la valeur de l’Homme si ce n’est pas ce dernier. La valeur de l’Homme consiste pour tout un chacun à trouver sa valeur, à s’accorder une valeur. C’est en se donnant une valeur que l’on peut donner une valeur à l’autre et à l’Homme. Mais pour certains cette valeur a un prix et parfois celui-ci est en dessous des choses, des biens…

Billets et pièces de monnaie
Source image : site Flickr.com-Paul Falardeau

Toutes les conventions internationales donnent une valeur à l’Homme notamment au travers de la notion des droits de l’homme. Ces dernières font de l’Homme une valeur suprême.Mais ces conventions sont-elles pour autant respectées ? L’Homme semble faire table rase lorsque leurs intérêts entrent en jeu. L’Homme n’a de valeur qu’en fonction des intérêts.

C’est quoi la valeur de l’Homme quand  la politique et le politique sont sujets à des conflits d’intérêts et que l’intérêt général a du mal à s’imposer.

Quand je vois ces guerres, cette violence…La question me revient en boucle: Mais c’est quoi la valeur de l’Homme?

Si l’Homme a compris quelque chose de la valeur c’est bien l’empire sur les autres et les choses!

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

En bref dans l’actualité de la semaine

 

Ma sélection de l'actualité de la semaine : de la représentation aux actes

I) De la représentation

Dans l'actualité de la semaine il y avait de la représentation.

1)Le gouvernement au cœur de la pauvreté : 

Le 23 décembre 2016, Marc Preel(@marcpreel) journaliste au service politique de l'AFP twittait une photo du premier ministre en visite au centre Emmaüs à la veille de Noël.

Mais l'efficacité des politiques publiques en la matière demeure relative :Selon la Fondation Abbé-Pierre et la Fédération européenne des associations nationales travaillant avec les sans-abris : 

- Le mal logement : La France est 10e de l'Union Européenne (deux places de mieux qu'en 2015) ;

- La France est moyenne en matière de sur-occupation, de précarité énergétique et de privation sévère de logement et affiche un taux élevé de ménages en impayés. Le haut du classement étant occupé par les pays nordiques (politiques d’État providence anciennes, normes juridiques et culturelles de qualité).Un taux élevé de chômage : Chiffres Eurostat : Ce taux était en avril 2015  en France de 10,7%, en Allemagne 4,7% , et de 5,4% en février 2015 au Royaume-Uni ;

 INSEE : 3ème trimestre 2016 : taux de chômage de 9,7%. Augmentation de 0,1 point au 2ème et 3ème trimestre. Il est passé de 9,6% à 9,7% soit 2,8 millions de personnes en France Métropolitaine.

2) Droits de l'homme et violence : 

a) 23 décembre 2016 émission de France Culture Les Enjeux internationaux, sujet : Yémen : comment évaluer l'étendue et les conséquences de la guerre civile ?

Émission qui souligne l'isolement médiatique dont fait l'objet ce conflit or, ce dernier est hautement meurtrier. Elle essaye également de donner les clés de compréhension du conflit en mettant en exergue les chiffres (morts, déplacés).

A réécouter: https://www.franceculture.fr/emissions/les-enjeux-internationaux/yemen-comment-evaluer-letendue-et-les-consequences-de-la-guerre

Un conflit telle qu'une guerre (civile ou pas) est difficile à évaluer tant il existe le visible (les morts, les déplacés, villes détruites...) mais également l'invisible. Au-delà de la souffrance physique, il existe celle morale qui est quasiment impossible à guérir : Seul celui qui souffre sait ! On peut juste atténuer la douleur morale dans certains cas.

b) La violence étatique dans la rubrique politique réservée à l'Afrique du site Le monde.fr du 20 décembre 2016, Compte rendu : A Kinshasa au Congo, le régime réprime la contestation réclamant le départ du président Kabila.

A lire :http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/12/20/a-kinshasa-le-regime-reprime-les-mouvements-de-contestation-reclamant-le-depart-du-president-kabila_5052072_3212.html?utm_medium=Social&utm_campaign=Echobox&utm_source=Twitter&utm_term=Autofeed#link_time=1482251507

Cela questionne la notion de pouvoir. Le pouvoir est à la fois la possibilité d'entreprendre et la puissance pour agir. Le pouvoir donne à celui qui l'a entre les mains la possibilité de faire et défaire non seulement le monde mais aussi les hommes. La possibilité et la puissance pour le bien ou le mal. Mais, le pouvoir entre les mains des hommes se transforme le plus souvent en une drogue dont le sevrage est un long parcours difficile. La possibilité d'être 'clean' est quasiment impossible. 

 c) La pauvreté à l'antenne : BFM TV 22 décembre 2016 : Intoxication à l'huile de bain en Russie : le bilan grimpe à 71 morts.

A lire : http://www.bfmtv.com/international/intoxication-a-l-huile-de-bain-en-russie-le-bilan-grimpe-a-71-morts-1073443.html

Le pauvre a la santé et la mort de ses moyens. Mais la pauvreté n'excuse pas des comportements indignes. Il est vrai que l'addiction découle de la volonté d'oublier le quotidien pour certains. Cependant avec celle-ci, le quotidien devient plutôt un enfer. La pauvreté est supportable dans la dignité ! 

 d) L'Histoire se répète-t-elle ? 21 décembre 2016 sur le compte twitter de l'OBS : A l'affiche de l'OBS numéro double intitulé 1917. Tweet : Poutine, Trump et montée des nationalismes...2016, une nouvelle année 1917 ?

Laviesimplement(@Lvsimplement) dans son retweet : « L'histoire se répète toujours... Les leçons du passé se perdent dans nos souvenirs et se troublent dans nos témoignages! ». 

II)  Des actes

Dans l'actualité de la semaine il y avait aussi des actes.
1) Violence et désespoir. 

L'express.fr rubrique Monde, Afghanistan : le désespoir des familles des esclaves sexuels.

Cet article met en relief un esclavage sexuel institutionnalisé. Enlèvement d'adolescents par des policiers afin d'en faire des objets sexuels.

A lire : http://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/afghanistan-le-desespoir-des-familles-des-esclaves-sexuels_1861795.html

La violence institutionnalisé ! L'institution (autorité) est le dernier rempart qui est censé nous protéger et au sein duquel on est censé trouver protection. Lorsque c'est cette dernière qui est à l'origine du mal qui ronge la société, alors il n' y a plus de limite à la violence humaine. La société devient une jungle et les hommes n'existent plus.

2) Une politique volontariste 

a) Loi 'Égalité et citoyenneté' adoptée définitivement le 22 décembre 2016

Pour que « La République soit partout et pour tous ».

Cette loi met en place :

- Pour les jeunes : un supplément de service civique, un accès à la CMU-C dès leur prise d'indépendance, la majorité associative à 16 ans.

- S'agissant du logement social, considéré comme le pivot de la mixité, un programme d'attribution. Ainsi, un quart des attributions de logement en dehors des quartiers en politique de la ville devra bénéficier au 25% des ménages les plus pauvres.

 Le but: réduire les inégalités et la ségrégation. 
Antérieurement, il y avait déjà en matière de logement différentes lois à l'efficacité relative et notamment : La loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains dite loi SRU de 2000, la Loi de mobilisation du foncier public de 2013 et la Loi pour l'accès au logement et un urbanisme rénové de 2014 dite Loi ALUR.

A lire : http://www.gouvernement.fr/action/la-loi-egalite-et-citoyennete


b) La France bienveillante : dans l'émission Hashtag de France Culture, place à l'hébergement citoyen.

Dans le cadre du projet « hébergement citoyen ».

Principe : l'initiative revient à l’État : sélectionne les réfugiés 

Accueil : onze associations organiseront l'accueil de 1361 réfugiés chez des particuliers sur une période de 2 ans. 

 Soutien financier de l’État : soutien à hauteur de 1500 euros par réfugié par an.

Question posée : L’État doit tout faire ?

Pour les participants la réponse semble être non. 

Le but : faire un peu bouger les lignes et donner des conditions d'accueil dignes.

A écouter et à lire :https://www.franceculture.fr/emissions/hashtag/suit-lactualite-des-refugies-mais-quand-les-la-maison-cest-tout-autre-chose

Dossier presse : https://www.logement.gouv.fr/IMG/pdf/2016_11_30_aap_hebergement_citoyen_dp.pdf



Source image : site Flickr.com -Mark Deckers




 

Rendez-vous sur Hellocoton !

« Avoir des amis c’est avoir du pouvoir » écrivait Hobbes

avoir-des-amis
Source image : site Flickr.com- mathias_poujol_rost

« Avoir des amis c’est avoir du pouvoir » écrivait Hobbes

Avez-vous du pouvoir ?


Le pouvoir est à la fois la possibilité d’entreprendre et la puissance d’agir. Avons-nous la possibilité d’entreprendre et la puissance d’agir au quotidien ?


Le pouvoir se situe donc entre l’aptitude et la sujétion. Ce mot fait partie du vocabulaire quotidien avec une pléthore d’utilisation (le pouvoir de l’amour, de l’argent, d’internet, le pouvoir politique, les pouvoirs publics…) qui sert tant à dénoncer qu’à souligner une absence pouvoir. Une absence de possibilité d’entreprendre, de puissance d’agir.


La création d’une entreprise peut par exemple se heurter à un manque de moyens. Au-delà du manque de moyens, il y a également une limite fonction des capacités d’agir de chacun.

Certains voudraient pouvoir mettre un terme aux guerres dans le monde, à la famine, ou tout simplement à l’échelle nationale avoir la puissance d’agir contre l’injustice. Cette puissance d’agir semble limitée à certains tandis que d’autres doivent non seulement lutter contre l’impossibilité d’entreprendre mais également  l’impuissance à agir.


Ainsi, avoir des amis peut-il aider et faire de nous des Hommes avec du pouvoir ?


L’amitié est la sociabilité naturelle. Au sens large, c’est l’ensemble des liens sociaux fondés sur la nécessité de vivre ensemble. L’amitié est donc naturelle. De fait l’homme ne peut se suffire à lui-même.


Toutefois, est-ce pour autant qu’avoir des ami(e)s c’est avoir du pouvoir ?


Si l’on prend le cas de certains réseaux sociaux d’internet. On peut avoir 100, 300, voire plus d’un million d’ami(e)s mais sans jamais rencontrer ceux-ci. C’est une relation qui demeure parfois fictive et par conséquent qui n’a pas d’impact sur notre vie de tous les jours. Cette relation ne confère donc pas de pouvoir à ce niveau.


En matière politique, de réseaux professionnels par exemple, l’amitié peut prendre tout son sens et aider à évoluer au sein d’un parti, d’un gouvernement ou tout simplement à trouver du travail. Dans ce cas avoir des amis c’est avoir du pouvoir. Avoir la possibilité d’entreprendre, la puissance d’agir.

Cela donne tout son sens à l’œuvre du Sociologue Bourdieu notamment : « Les Héritiers ». La nécessité d’avoir un patrimoine (biens, connaissances…) se pose avec acuité dans la vie de tous les jours.


Dans le cadre plus restreint de notre cercle d’ami(e)s, que l’on côtoie au quotidien, peut-on parler de pouvoir ?


La réponse se situe dans la typologie des amitiés. Par quoi les hommes s’attachent-ils les uns aux autres ? Par intérêt, par plaisir et « gratuitement ».


Si l’on s’attache gratuitement aux autres c’est bien évidemment que l’on ne veut pas tirer profit d’eux et qu’il n’est aucunement question de prime abord d’avoir du pouvoir. Il ne s’agit pas à travers eux d’avoir la possibilité d’entreprendre et la puissance d’agir. Il s’agit tout simplement du plaisir d’être avec eux.

Mais le monde est de nos jours basé sur un ensemble d’intérêts qui mettent à mal les amitiés sincères. Ces dernières sont la base de tout car en ayant des rapports désintéressés on finit toujours par avoir du pouvoir. Rendre service sans rien demander sera toujours récompensé d’une manière ou d’une autre. Certes pas dans tous les cas (ce sont les aléas de vie) mais il faut bien vivre et ce d’autant plus que c’est ce genre de rapport qui sert à l’épanouissement et qui donne un sens à la vie.


L’amitié étant fondée sur le partage, les ami(e)s se ressemblent et s’assemblent en toute égalité. Cela exclut l’amitié entre époux, parents et enfants en principe.


Au delà de tout cela, le véritable pouvoir ne repose t-il pas tout d’abord sur la confiance en soi,  sur le fait d’être bien avec soi ?

Ce n’est qu’à partir de ce moment là qu’avoir des amis peut être une source de pouvoir. On est à la base de tout. Cette possibilité d’agir, puissance d’agir dépend de la force qu’il y a à l’intérieur de chacun. Il est possible d’avoir beaucoup d’ami(e)s mais de demeurer sans pouvoir effectif.

Avant d’aller chercher le pouvoir chez les autres il faut réveiller celui qui sommeille. C’est lui qui donne tout son sens à la phrase de Hobbes.

Le pouvoir est donc un engagement dans la vie de tous les jours. S’il n’y a point d’engagement, il n’ y a point de pouvoir.

Combien ont réussi à bâtir des empires à partir de rien ? Combien ont réalisé leur rêve et ce même si tout était contre eux au départ (handicap par exemple).

Ce n’est pas le manque d’argent qui doit arrêter l’action, il y a toujours un moyen de s’en sortir (des aides par exemple de l’État). C’est en cela que la solidarité participe pleinement à activer le pouvoir de chacun. Certes trop de solidarité tue la solidarité. Comme on le dit il faut apprendre aux autres à nager mais pas leur donner du poisson. Ce n’est que dans ce cas là que le pouvoir de tout un chacun peut s’activer.


Être bien au quotidien c’est s’engager tous les jours. S’engager pour soi, pour les autres …Le bien-être se construit et s’acquiert par l’engagement. Il ne tombe pas du ciel.

Le pouvoir repose donc :

  • premièrement sur nous ;
  • et deuxièmement sur la qualité de nos relations amicales.

Alors avez-vous du pouvoir ?

 

Les définitions utilisées dans cet article sont tirées de :

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Internet et les droits fondamentaux

 

Internet est un média dans le sens où il permet la distribution, la diffusion et la communication de données. Ce dernier fait partie d’un ensemble plus large que sont les Nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC).

Internet étant une technique mais également une idéologie, il traduit l’utopie d’un accès pour tous à tout. Celui-ci fut créé à l’initiative du département de la défense américain en 1966. On comptait 4 ordinateurs connectés en 1969. Sa naissance officielle date de 1983. En 2008, 67% de la population mondiale disposait d’un accès internet et selon le rapport de l’agence spécialisée de l’ONU sur les Télécommunications (UIT) en octobre 2012 on dénombre 2,3 Milliards d’internautes. Plus d’un tiers de la population mondiale est connecté.

C’est aussi le rêve du lien, de l’ouverture, de la liberté et de l’accessibilité sur fond d’égalité et de coopération.

Toutefois, on assiste à un paradoxe qui découle de l’avancée d’internet, du délitement des liens sociaux et du risque accru qu’Internet fait peser sur les droits fondamentaux.

La question est de savoir comment s’adapter à une accélération qui semble généralisée (la même question se pose pour le monde « réel »).

Le numérique et les droits fondamentaux

les NTIC et en particulier internet  :

    –  ont favorisé non seulement l’émergence de nouveaux droits fondamentaux :

  •       le droit d’accès à internet, relié à la liberté de communication protégée par la Déclaration des droits de l’homme et de citoyen de 1789 (décision du conseil constitutionnel du 10 juin 2009).

    Ces droits sont consubstantiels au droit au respect de la vie privée et à la liberté d’expression.

  •         la protection des données personnelles;
  •   s’agissant de la liberté d’entreprendre, celle-ci implique désormais bien que pas entièrement reconnu, le droit à une existence numérique (droit à un nom de domaine, à un référencement équitable…),

    –   mais également ont influencé les conditions d’exercice des droits fondamentaux notamment à travers :

  • le droit à l’oubli ;
  • et la reconnaissance de nouvelles catégories juridiques telles que les plateformes.

Internet et le droit à l’oubli

La question d’internet et du droit à l’oubli a connu une avancée récente concrétisée par le Règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016 sur la protection des données.

La loi informatique et libertés de 1978 a consacré un droit à l’effacement des données à caractère personnel. Le débat actuel se concentre sur un droit plus vaste : « le droit à l’oubli numérique». Le droit à l’oubli consiste à faire supprimer d’un moteur de recherche une page concernant des informations que l’on ne souhaite plus voir apparaître dans les pages de résultats.

La mise en œuvre de ce droit peut toutefois aller à l’encontre du droit à l’information du public.

L’article 40 de la loi informatique et libertés qui met en exergue un droit à l’effacement des données qui s’impose à tous comporte deux volets :

  • l’interdiction pour les responsables de traitement de données, de ne conserver celles-ci pendant une durée plus que nécessaire ;

  • la durée de conservation doit être liée aux finalités pour lesquelles les données sont collectées et traitées sauf anonymisation de celles-ci à des fins entre autres statistiques, scientifiques.

A ce titre, il est possible d’adresser une plainte à la Commission nationale informatique et libertés (CNIL) dont l’intervention est subsidiaire.

Cette réglementation est suffisante dans le cadre restreint de l’informatique qui concerne les bases de données. Cependant, la question du droit à l’effacement des données a été modifiée avec l’apparition d’internet et précisément des moteurs de recherche. Tout le monde est susceptible d’avoir accès à des données par l’intermédiaire de ces derniers. Ce qui peut susciter certaines craintes quant aux réseaux sociaux et leur impact sur la vie (l’employeur, un service, une assurance…).

Le droit à l’oubli est inséparable du droit au respect de la vie privée et pour la CNIL, il s’agit « d’éviter d’attacher aux personnes des étiquettes définitives qui portent atteinte à leur capacité de changement et au sentiment le plus intime de leur liberté » .

En 2010, la France a proposé aux grandes entreprises de l’internet, une charte de bonnes pratiques mais qui n’a pas été signée par google et par Facebook.

A l’étranger, la Californie a voté en 2013, la loi dite « eraser law » pour les moins de 18 ans. Loi qui rentre dans le cadre de la protection des mineurs soumise à conditions.

A l’échelle de l’Union Européenne, c’est la Cour de justice de l’Union Européenne (CJUE) qui va permettre une première mise en œuvre de ce droit avec une décision du 13 mai 2014. Décision qui va venir préciser la directive 95/46/CE relative à la protection des données. Les exploitants de moteurs de recherche sont ainsi responsables du traitement des données personnelles au même titre que les éditeurs de sites Web. Il ressort de cette décision que :

  • le droit à la protection des données juridiques s’applique aux moteurs de recherche;

  • les internautes peuvent demander sous certaines conditions, la suppression des liens vers des informations portant atteinte à leur vie privée.

Dès lors, les internautes européens peuvent faire valoir ce droit selon deux modalités :

  • soit par l’intermédiaire du site d’origine;

  • soit par une demande de désindexation du moteur de recherche (Google).

Le règlement général sur la protection des données

Le règlement général sur la protection des données (RGPD 2016/679) du 27 avril 2016 qui entrera en vigueur en 2018 comme tout règlement est applicable directement au sein des États de l’Union Européenne et constitue la loi de l’Union. Ce texte vient  renforcer et compléter la directive 95/46/CE.

C’est le nouveau texte de référence au niveau de l’Union européenne sur la protection des données à caractère personnel. Ce règlement paru au JOUE le 4 mai 2016, renforce et unifie la protection des données et renvoie notamment à :

  • la Charte des droits fondamentaux de l’Union Européenne qui consacre expressément la protection des données à caractère personnel en son article 8 paragraphe 1 ;

  • l’article 16 paragraphe 1 du Traité sur le fonctionnement de l’Union Européenne.

Il s’agit de :

    • « contribuer à la réalisation d’un espace de liberté, de sécurité et de justice et d’une union économique, au progrès économique et social, à la consolidation et à la convergence des économies au sein du marché intérieur, ainsi qu’au bien-être des personnes physiques. » ;

    • souligner le fait que « le traitement des données à caractère personnel devrait être conçu pour servir l’humanité ».

Néanmoins, ce droit n’est pas absolu. Il convient de :

  • tenir compte de sa fonction dans la société ;

  • concilier ce dernier avec d’autres droits (application du principe de proportionnalité).

Le règlement rentre dans la réforme de la protection des données et poursuit trois objectifs :

  • renforcer les droits des personnes ;

  • responsabiliser les acteurs traitant des données (responsables de traitement et sous-traitants);

  • crédibiliser la régulation.

Son champ d’application englobe le responsable de traitement ou le sous-traitant :

  • établi sur le territoire de l’Union ;

  • qui met en œuvre des traitements visant fournir des biens et des services aux résidents européens ou les cibler. Ce qui inclut internet.

On assiste non seulement à une extension de la protection actuelle qui concerne les « responsables de traitement » mais aussi au renforcement des droits de la personne tout en facilitant l’exercice de ceux-ci. Il y a donc une obligation de mise à disposition d’une information claire, intelligible et aisément accessible. De plus, la personne doit en principe donner son accord.

Le règlement consacre de ce fait :

  • de nouveaux droits : le droit à la portabilité des données, un droit à la réparation des dommages matériels et ou moraux;

  • la mise en place des conditions particulières pour le traitement des données des enfants ;

  • le principe des actions collectives.

A lire pour plus amples détails :

Le traitement des données à caractère personnel fait l’objet également d’une application dans le cadre du Conseil de l’Europe (Cour Européenne des droits de l’Homme) qui n’a pas été traitée ici.

Rendez-vous sur Hellocoton !

L’impact des réseaux sociaux sur nos vies

reseaux-sociauxreseaux-sociaux-2Nouvelle dans la blogosphère, je me pose la question comme tout le monde de l’impact des réseaux sociaux.

Après avoir hésité par rapport à la création de mon blog, je découvre ce monde.

Réservée de nature j’étais à mille lieues de m’imaginer que ce monde allait me plaire je dirai même presque me rendre addict dès les premiers jours…Tant il y a de tout et on est loin de s’ennuyer.

On découvre en même temps les potentialités du net même si cela n’est pas facile au début et ce parlant du côté technique des choses (certaines personnes me comprennent n’est-ce pas!?).

Pour moi internet se limitait au streaming, à l’actualité et bien sûr à ma boite mail…

Avec le monde de la blogosphère et plus largement des réseaux sociaux c’est la possibilité de voyager à travers le monde, d’être en contact avec de nouvelles cultures, d’ouvrir de nouveaux horizons. Bien sûr c’est un monde virtuel, c’est un voyage dans la virtualité et l’on ne saurait dire s’il est possible de se faire de nouveaux ami(e)s… Des ami(e)s virtuel(le)s avec tous les dangers que cela comporte ( confère les événements qui ont défrayé la chronique quant aux réseaux sociaux).

Les réseaux sociaux sont marqués par le désir de lien social, de partage, de partager son histoire personnelle et naturellement de la question des contours entre vie privée et vie publique.

Le temps des réseaux n’est pas une nouveauté. C’est tout simplement l’histoire de l’humanité. Le philosophe Hobbes écrivait déjà :

“avoir des amis, c’est avoir du pouvoir”.

Le réseau social peut être un facteur de pouvoir. Toutefois la question se pose de savoir si cela est vrai quant aux réseaux sociaux sur internet. Dans le cas de ces derniers c’est à  l’échelle planétaire que cela se joue. Cependant, peut-on parler de pouvoir? Tant les rapports sont virtuels et parfois même éphémères.

Sachant que le rapport social est inévitable, nous avons donc chacun du pouvoir. Cela dépend de la situation de chacun.

Cependant, il est important d’évoquer la question du “capital social”. Face à l’accélérateur des relations sociales qu’est internet, il se pose la question de l’impact de celui-ci sur le “capital social”.

Tout dépend de l’utilisation faite par chacun. Les sites comme Viadeo, Linkedin notamment peuvent dans une certaine mesure produire du capital social et ainsi donner du pouvoir dans la vie par un réseau d’ami(e)s. Mais la situation semble complexe pour Facebook, Twitter, ou bien encore Meetic…

Les rapports sociaux  inclus les réseaux sociaux sur internet sont dans tous les cas marqués par les inégalités sociales (confère la notion de Fracture numérique). Internet ne fait que les entériner voire les favoriser.

C’est  à chacun de se faire une idée, de poser des limites à ce qu’il veut faire, à ce qu’il veut faire découvrir de lui ou pas. C’est le libre arbitre en principe qui détermine les êtres humains.

C’est également une école de la vie car c’est un monde certes virtuel, mais celui-ci fait l’objet de normes ( réglementation et régulation).

Il a ses propres règles :

  • qui peuvent être officielles et découler entre autres des autorités avec toutes les difficultés que cela comporte quant à leur mise en place (la CNIL en France par rapport à la protection des données personnelles);
  •  inhérentes  à internet, ceux qui pensent que la liberté est la règle sur internet avec pour  justification que c’est un monde coupé de la réalité. C’est un autre monde!

Internet étant une technique (moyen ou fin) mais aussi une idéologie (confère Anonymous), peut-on se permettre tout sur internet?

Pensez-vous que nous sommes tous connectés?

 

A lire : Très bel article de Hubert Guillaud paru sur le site du monde.fr intitulé : “Cameras, films familiaux…une promesse qui ne se réalise jamais”

Article qui vient compléter et détailler cet article mais plus largement qui traite de la question du bouleversement des pratiques culturelles face à la technologie et notamment du cycle des usages sociaux de l’image à travers les technologies, de l’impact des réseaux sociaux.

S’agissant de ces derniers, citant André Gunthert, maître de conférences en histoire visuelle à l’Ecole des hautes études en sciences sociales et titulaire de la chaire d’histoire visuelle :

“…On a perdu en compréhension du social, en institutions. Les réseaux sociaux sont un palliatif non institutionnel aux structures du social. »

Il met en exergue le lien entre technologie et social.

André Gunthert : L’image partagée

Hubert Guillaud que l’on peut suivre sur internetactu.net en tant qu’auteur.

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

L’élection présidentielle américaine, la gouvernance mondiale et populisme

La récente élection présidentielle américaine peut se traduire comme une remise en cause de la gouvernance mondiale.

En effet, la gouvernance mondiale consiste à mettre les gens au centre des affaires mondiales. Le mot gouvernance vient de l’anglais governance utilisé dans la théorie de la firme, qui correspond au pilotage stratégique de diverses entités économiques.

La gouvernance repose sur un système démocratique de gestion qui repose sur trois principes essentiels :

  • la décision repose sur un véritable contrat social;
  • elle suppose en droit une égalité des acteurs (il peut y avoir un décalage dans les faits);
  • une véritable participation de chacun des cocontractants.

La stratégie de la gouvernance mondiale est de contourner les États souverains dans le but d’obtenir une “bonne gouvernance” afin de pallier  au constat d’incurie de certains États.

Cette bonne gouvernance et par voie de conséquence l’idée de démocratie sur laquelle repose la gouvernance mondiale est remise en cause par les tentatives hégémoniques dans le monde communément identifiées  à la politique des États-unies d’Amérique (militaire, économique et culturel). Les manifestations de ces tentatives (ONU, FMI, OMG…), bien qu’opérantes durant toute la période de la guerre froide font l’objet d’un scepticisme de la part de certains États participant et d’une grande partie de l’opinion publique internationale.

Cela ne concerne pas seulement les États-unis. Cette situation se traduit notamment au niveau régional au travers de la gouvernance de l’Union Européenne avec tout récemment le Brexit.

L’aspect problématique de la gouvernance mondiale c’est la distance entre le centre de décision et la périphérie où s’effectue les demandes de biens publics.

Une amélioration des rapports peut toutefois être soulignée dans le cadre des systèmes fédératifs, de la mise en place du principe de subsidiarité pour ce qui est de l’Union Européenne qui n’est  toutefois pas exempte de critiques.

Il a été souligné que la dernière élection présidentielle américaine  était la manifestation du populisme. En effet, celui-ci donne l’impression au Peuple de se rattacher au centre de décision, de faire partie de celui-ci et par là-même faire un pied de nez à la gouvernance mondiale.

Si l’on désigne par le populisme la doctrine selon laquelle seul le Peuple va d’instinct vers le vrai quand il n’écoute que lui-même, la souveraineté lui revient, alors qu’elle est détournée, voire confisquée par les élites.

L’élection présidentielle américaine ainsi que le Brexit sont donc une tentative du peuple de se réapproprier la gouvernance de leur pays et mondiale. Cela souligne tant l’échec de la gouvernance mondiale mais aussi une chance de son renouveau.

En décidant du vainqueur, le Peuple adhère à un programme politique qui aura un impact sur le monde.  Comme un cercle vertueux c’est aussi le moyen pour le Peuple de dire stop, de s’insurger contre une certaine gouvernance mondiale et redonner tout son sens à la gouvernance mondiale.

Pour illustration :  article du monde.fr.

Rendez-vous sur Hellocoton !