Boutons et la terreur de l’image

Source image : site Flickr.com
Source image : site Flickr.com

La vie serait si simple si les boutons, l’acné n’existaient pas (n’est-ce pas Mesdames?).

Je fus confrontée à ce problème tardivement, j’étais déjà une adulte ! Oh quelle horreur moi qui avais une peau si parfaite et l’appréciais en me regardant dans le miroir. Maintenant, oh ! mon beau miroir je n’étais plus la plus belle.

Il y a différents types d’acné (que je ne développerai pas ici) et à ma grande surprise je découvrais que l’on peut l’avoir à l’âge adulte. Ce n’est pas seulement un problème d’adolescent.

Les boutons impactent directement le physique et donc de ce fait l’image.

L’importance de l’image dans la société se traduit d’abord par le fait que la vue fait partie de l’un de nos sens. L’image est là, elle est nous. Elle représente tout simplement la condition humaine.

L’image est une représentation visuelle voire mentale des choses. Il n’y a pas que le physique mais également ce que l’on représente vis-à-vis des autres. D’où l’importance dans nos sociétés des médias, de la place du handicap, de l’amour, de nos vies personnelles et publiques. ..

Mais s’agissant de la représentation visuelle il s’agit de la quête perpétuelle de la perfection propre à l’Être humain. Avec les boutons du visage, la preuve de notre imperfection est apportée à la face du monde. On ne peut plus cacher, l’ampoule que l’on a au milieu du visage et qui nous fait briller de mille feux ! (Bien sûr la question est légèrement différente quant aux points noirs).

La preuve de la terreur de l’image, de la quête de la perfection se lit à travers les médias, journaux et particulièrement les journaux « people » avec l’usage à outrance du photoshop. Ce dernier faisant croire que la perfection existe et plongeant certaines personnes dans des régimes draconiens afin d’atteindre celle-ci.

Bien que ne voulant pas succomber à la terreur de l’image, inconsciemment ce nouveau problème me plongea dans une quête de peau parfaite dans l’immédiat, avec l’essai de produits multiples réputés pour leur efficacité en la matière.

Mais que nenni, mon problème qui avait semblé passager et pas si grave se transforma en une carte de visite. On ne voyait que mes tâches dues à mon envie irrépressible de percer tous ces boutons (là le cercle vicieux s’installe). J’étais cachée derrière mes tâches. J’ai dû avoir recours à un médecin esthétique. Plusieurs séances de peeling furent nécessaires. Celles-ci accompagnées de gestes simples au quotidien.

Pourtant le culte de l’image n’est pas attaché à notre histoire contemporaine, on retrouve en substance cela dans la phrase « un esprit sain dans un corps sain », à travers l’art, la peinture, le culte des dieux…

De nos jours, ce culte se traduit par le boum des salles de sport (bien sûr il y a aussi des raisons de santé), par le succès du marché des produits en tout genre et notamment des « produits minceurs ». Ceux qui promettent entre autres d’avoir un ventre plat en un mois en prenant pour modèle une star, une vedette…

On sait que les stars, vedettes et parfois même les ‘people’ sont des modèles pour beaucoup de personnes et notamment la jeunesse. C’est donc une boucle bien entretenue qui inscrit le culte de l’image dans les mœurs, les esprits. Conditionnant ainsi des générations. A tel point que le régime commence de plus en plus tôt chez les jeunes avec les dangers que l’on sait en termes de croissance, de maladie (anorexie…).

Les publicités ont également un grand rôle dans ce culte : mannequins dont on se demande parfois si elles vivent dans le même monde (oui mais à quel prix). Stars photoshopées qu’on a du mal à reconnaître dans la vie réelle…La perfection n’existe pas on a tous nos petits défauts !!!

Autant dire que même quand l’on dispose d’un fort caractère à un moment où un autre on finit par succomber à la terreur de l’image, par se regarder dans un miroir et voir tous ses petits défauts. Maintenant, cela dépend de ce que l’on fait de ce constat. On s’assume ou l’on recherche cette perfection qui conduit certains à abuser de la chirurgie esthétique.

Cela peut se comprendre à un certain niveau, pour certaines personnes pour qui, il s’agit d’être bien avec soi-même et qui n’arrivent pas à s’assumer comme elles sont. Pourtant ce n’est pas difficile. Il suffit de se dire qu’il y a toujours pire que soit et que si le monde était parfait ça se saurait (inexistence de guerres, famine, handicap, luttes pour le pouvoir…).

Si la chirurgie esthétique peut aider certaines personnes à se sentir mieux pourquoi pas, à partir du moment que tout est mesuré car il faut éviter de perdre l’image de soi. L’excès nuit.

Qui parle d’acné, de boutons (quand c’est en excès), parle de bien-être et donc difficultés à l’assumer et pire pour certaines personnes il s’agit de l’inclusion dans la société.

En effet, dans le cas extrême de l’acné, l’on peut être marginalisé. Cela commence avec la jeunesse, et, plus tard c’est au sein du milieu professionnel que l’on peut être marginalisé. Surtout au sein de certaines professions. Cette marginalisation peut aussi être de notre fait, par la sensation de mal être que peut produire l’acné sévère. Par honte, par peur du regard des autres on se met à l’écart.

L’existence des appareils photos se justifie même par la stratégie de la terreur de l’image. Vouloir capter son image pour l’éternité, la transmettre pour qu’on soit toujours présent auprès des autres. Mais, les images prises sont-elles vraiment l’image de soi ? Nous représentent-elles vraiment ?

Sur les photos on a envie de donner la meilleure image de soi. Il faut être la personne la plus belle, bien habillée…C’est la raison pour laquelle on partage rarement les photos ratées. Comme l’affirme Guy Débord, c’est « la société du spectacle ». Le monde est comme une grande scène où tout le monde se met en scène. La représentation est tout. C’est pourquoi les boutons représentent notre terreur.

Avec les boutons, l’acné, la représentation de nous est déjà faite. Il y a déjà une histoire qu’il faut essayer d’effacer afin de produire celle que l’on veut mettre en scène.

L’image en tant que réputation fait partie du quotidien. Tout le monde a une réputation soit à tenir, sauvegarder, soit à créer. La réputation de tout le monde est faite ou reste à faire. Et ce qu’importe notre place dans la société. Mais c’est également celle dont on a du mal en s’en débarrasser car, notre image nous suit. Celle-ci est alimentée par la rumeur d’autant plus rapide avec les Nouvelles technologies de l’information et de la communication. Les médias sociaux n’arrangent pas la situation.

Comme dans l’allégorie de la caverne de Platon, l’image qu’on aperçoit n’est qu’une illusion. Nos représentations sont fabriquées !!!

Alors il s’agit de vivre pour soi et pas pour les autres. D’essayer au mieux de s’assumer ou, tout mettre en œuvre pour s’assumer en ayant en tête de garder toujours un équilibre. Équilibre entre soi et ce auquel on aspire.

Pour résumer :

    • S’assumer

      Se dire qu’il y a toujours pire que soi peut aider. Il ne s’agit pas de se réjouir du malheur des autres mais plutôt d’arrêter de se plaindre car on est pas la seule personne à souffrir d’une situation.

    • Quand le défaut est grave et qu’il empêche de vivre.

      Il convient de trouver une solution équilibrée afin de préserver ou de retrouver notre équilibre. Il faut éviter de perdre l’image de soi.

Comment j’ai vaincu mes boutons :

Tout est dans la mesure et dans la simplicité.

    • Pas trop de produits de beauté pour mon visage. Le minimum suffit. En ce moment pour le nettoyer j’utilise la gamme Cattier. Bon marché et efficace pour mes imperfections. Il s’agit : du gel nettoyant purifiant et du masque à l’agile, au tea tree et menthe.

    • Changer régulièrement de produit afin d’éviter que la peau s’habitue.

    • Ayant la peau grasse, j’utilise un sérum ou une émulsion le soir. En été je laisse ma peau respirer et j’évite en journée de la surcharger de produits et de maquillage. D’ailleurs il est même préférable de ne rien mettre en journée en été et de juste nettoyer bien sa peau avec une bonne lotion ou un lait démaquillant.

    • S’il y a des imperfections, pour ceux et celles qui ont des moyens on peut recourir au peeling chez un dermatologue ou un médecin esthétique.

      Ce dernier diffère selon que la peau est blanche ou noire. Pour les peaux blanches, le recours au peeling chimique est possible. Il est plus rapide, mais aussi plus douloureux. On peut également faire un peeling doux, plus adapté aux peaux noires mais plus long et donc plus coûteux (après ça dépend du médecin et des prix pratiqués).

      Une fois que l’on a résolu le problème des imperfections, il n’est plus nécessaire d’en faire des tonnes au niveau de la routine quotidienne. Faire simple et avec un minimum de produits. Faire également attention aux produits utilisés pour le maquillage de la peau car ça peut être l’un des facteurs des imperfections. En voulant cacher l’imperfection, on aggrave celle-ci parfois.

    • Pour ceux qui ont de l’acné, avant tout peeling, et afin que le résultat soit permanent, il est conseillé de passer par la case du dermatologue, pour le traitement médicamenteux.

Pour ceux que ça intéresse :

    • Guy Debord, « La société du spectacle » ;

    • Platon, L’allégorie de la Caverne : textes commentés.

    • Cattier Paris, Cosmétique et nature , Masque et gel purifiant menthe et tea tree, pour peaux grasses à imperfections que l’on trouve dans toutes les pharmacies et parapharmacies. Mais Cattier c’est aussi une gamme de produits pour tous les âges.

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 réflexions au sujet de « Boutons et la terreur de l’image »

  1. Hey just wanted to give you a quick heads up. The text in your post seem
    to be running off the screen in Internet explorer.

    I’m not sure if this is a formatting issue or something to
    do with browser compatibility but I figured I’d post to let
    you know. The design look great though! Hope you get the issue resolved soon. Kudos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *